PREMIÈRE LEÇON DE GASCON

EN GASCON

L’accent

L’accent qu’avem trobat al fons de nostre brèc,
E que Dieu nos balhèt, benlèu sens far exprès
Es un présent del èl que d’enlà vengut
En de nos empachar de parlar trop ponchut.
L’accent s’aprend pas sus los bancs de l’escola,
E ni mai sus pots d’una polida drolla.
Los grands omes d’aici, nascts al terrador
En lo renegant pas li fagueron onor
L’illustre Cirano, nadiu de Brageirac
Lo trobava mai doc que lo Monbazilhac,
Pasmenbs qu’Enric quatre de plasenta faiçon
Avia fait batejar lo seu al Jurançon,
E que los Marescals, Lanas, Solt e Murat,
Tot coma d’Artanhan, l’avian totjorn gardat.
Mas siagu’en occitan o amai en Frances.
Nostr’acccent es quicom qu’aven jamai apres
Un biais de parlar que jamai on oblida,
Qu’atrapant al brèc e gardant per la vida.
Mas se calia un jorn renonciar al gascon
En de parlar qui sap ? Quauque maissant jargon,
Poirem se lo calia, per dever mai que mai,
Oblidar l’occitan, mas nostr’accent, jamai !

EN FRANÇAIS

Notre accent

L’accent qui se posa léger comme un oiseau
Sans trop savoir comment près de notre berceau
Est un présent du ciel qui de loin est venu
Pour nous dissuader de trop parler pointu.
L’accent ne s’apprend pas sur les bancs de l’école
Ni sur les lèvres d’une fille frivole.
Les grands hommes d’ici, en se faisant un nom,
Contribuèrent tous à faire son renom.
L’illustre Cyrano, natif de Bergerac,
Le trouvait bien plus doux que le Monbazillac.
Cependant qu’Henri IV, de plaisant façon,
Avait fait baptiser le sien au Jurançon,
Et que les maréchaux Lannes, Soult et Murat
Tout comme d’Artagnan l’employaient au combat.
Mais qu’il soit occitan ou bien qu’il soit français
L’accent est une chose qui ne s’apprend jamais.
Un mode d’expression que le Nord nous envie
Qu’on attrape en naissant et gardons pour la vie.
Mais s’il fallait un jour renoncer au gascon
Pour parler, qui sait ? quelque mauvais jargon,
Nous pourrions peut-être, vraiment s’il le fallait,
Oublier l’occitan, mais notre accent, jamais !